Contenu

Aides à l’innovation

Le 13 juillet 2016, la DRAAF et la DIRECCTE de Bourgogne-Franche-Comté ont organisé une réunion d’information à destination des chargés d’affaires et des entreprises agro-alimentaires : quels dispositifs pour financer les projets d’innovation au sein des entreprises agroalimentaires ?

Une vingtaine de professionnels ont répondu favorablement à l'invitation de la DRAAF et de la DIRECCTE de Bourgogne-Franche-Comté {JPEG}Une vingtaine de participants se sont déplacés pour assister aux présentations des trois opérateurs du PIA (programme des investissements d’avenir) qui accompagnent le secteur : FranceAgriMer (FAM), BpiFrance et l’ADEME.

Dans la presentation de BpiFrance (format pdf - 1.7 Mo - 19/07/2016), Pierre-Alain TRUAN et Christian BRIAND ont rappelé les objectifs de l’établissement : croissance, compétitivité et emploi. BpiFrance offre un continuum de financements pour accompagner le développement des entreprises, depuis les étapes de R&D et de création de l’innovation, jusqu’à la mise en marché et l’export. Les outils spécifiques de PIA sont le CMI (concours mondial de l’innovation), le CIN (concours d’innovation numérique), le PIAVE (projets industriels d’avenir) et le PSPC (projets structurants pour la compétitivité).

Ce sont les projets permettant la protection de l’environnement et la réduction de la consommation d’énergie que l’ADEME soutient. Cécile COLSON a présenté (format pdf - 1.8 Mo - 19/07/2016) les différentes thématiques cibles, au sein desquelles les entreprises peuvent chercher un dispositif d’accompagnement : écoconception et éco-efficience des systèmes de production, valorisation des déchets, valorisation de la biomasse … La vocation du PIA est de développer la croissance dans le cadre de la transition écologique et énergétique en stimulant l’innovation et en accompagnant le risque de mise sur le marché de solutions innovantes. Les outils de l’ADEME permettent de financer les projets de grandes envergure, individuels ou collectifs, comme les innovations portées par des PME, aux budgets plus restreints.

FAM est l’opérateur spécifique des entreprises agroalimentaires et dispose d’un budget de 120 M d’€ engagé sur 3 ans. Comme l’a expliqué Claire LEGRAIN (format pdf - 1.1 Mo - 19/07/2016), il est fondamental que les entreprises mettent clairement en avant l’innovation qu’elles veulent développer, en démontrant ce que cela apportera à la filière, par la levée de quels verrous et grâce à quel plan de financement. Les deux outils pour l’accompagnement de l’innovation et de la compétitivité en agroalimentaire sont les initiatives innovantes dans l’agriculture et l’agroalimentaire (2I2A) et les projets structurants dans l’agriculture et l’agroalimentaire (PS2A), ouverts jusqu’en janvier 2017.

Alexis ANGOT, de la société Ynsect {JPEG}Ces présentations de qualité ont été complétées par les témoignages d’Alexis ANGOT de la société Ynsect et de Pablo ALVAREZ de la société Novolyze, entreprises établies en Bourgogne-Franche-Comté, et lauréates aux financements de l’ADEME et de FAM. Malgré quelques remarques sur les délais d’instruction ou de déblocage des fonds qui pourraient mettre en difficulté des entreprises plus fragiles, ils ont noté l’efficacité globale des opérateurs présents et les échanges qui ont lieu entre eux au sein du Commissariat général à l’investissement, instance en charge de la mise en œuvre du PIA. Le processus de sélection est exigeant, mais il participe à la réflexion des entreprises et à l’identification des éventuels verrous qu’il faudra lever. Loin d’être une contrainte, l’obligation de communication sur le projet financé imposée par le PIA est une opportunité pour les entreprises de se faire connaître.