Contenu

Cheptel bovin Franche-Comté

Série de données annuelles

Bovins porcins ovins caprins (format xls - 101 ko - 17/12/2015)

Ensemble espèces animaux (format xls - 26 ko - 17/12/2015)

 

Définitions

Vaches : femelles ayant vêlé au moins une fois. Les femelles qui ont été saillies ou inséminées mais qui n’ont eu que des avortements sont comptabilisées avec les génisses.

Vaches laitières : vaches dont le lait est commercialisé ou utilisé pour la consommation familiale.

Vaches nourrices, vaches allaitantes : vaches dont le lait sert principalement à nourrir les veaux. Elles sont le plus souvent tétées.

Génisses laitières : femelles de plus d’un an destinées à devenir des vaches laitières.

Génisses nourrices :
femelles de plus d’un an destinées à devenir des vaches nourrices.

Génisses de boucherie : femelles maigres ou en finition destinées à la boucherie, quelle que soit leur race.

Mâles de type laitier/viande : mâles maigres ou en engraissement, castrés (bouvillons, bœufs) ou non (taurillons), maigres ou en finition, destinés à la boucherie.


Fort de près de 618 000 têtes, l’élevage bovin est l’activité dominante de l’agriculture régionale. Sur quatre animaux d’élevage présents dans les exploitations franc-comtoises, trois sont des bovins.

La filière laitière regroupe plus des trois quarts des effectifs bovins de plus d’un an. Les
205 000 vaches laitières franc-comtoises en 2013 représentent 5,5% des effectifs nationaux, alors que pour l’ensemble de la filière bovine, la Franche-Comté compte pour seulement 3,3% du total national. Cette spécialisation laitière est encore plus marquée dans le Doubs et dans le Jura. Dans ces deux départements, les vaches laitières représentent respectivement 93% et 85% des vaches du département. Les trois-quarts des vaches laitières de la région sont élevés dans ces deux départements dont la moitié dans le Doubs. Dans le Doubs et le Jura, du fait du cahier des charges des fromages sous AOP, plus de 95% des vaches laitières sont des Montbéliardes. Les autres vaches laitières sont le plus souvent des Prim’Holstein. Cette race pèse pour respectivement 16% et 40% en Haute-Saône et dans le Territoire de Belfort.

A l’approche de la fin des quotas, les effectifs laitiers sont en forte hausse dans la région. Le nombre de vaches laitières a ainsi augmenté de 4,5% en deux ans, tandis que cette progression n’a été que de 1% au niveau national.

La filière bovin viande tient donc une place secondaire en Franche-Comté. Elle a peu évolué ces dernières années, l’effectif de vaches nourrices est très stable aux alentours de 47 500 têtes depuis plusieurs années. Les départements de la Haute-Saône et du Territoire de Belfort sont plus orientés vers la viande que les deux autres départements de la région. En effet, plus du tiers des vaches sont des nourrices dans ces deux départements. Six vaches nourrices franc-comtoises sur dix sont élevées en Haute-Saône. La race charolaise domine avec 60% des effectifs. Deux autres races pures, la Limousine et la Salers pèsent respectivement pour 8% et 7%. Enfin, une vache nourrice sur cinq est croisée.

Cheptel bovin


Le cheptel bovin augmente plus en Franche-Comté qu’en France


 


Forte progression du nombre de vaches laitières en Franche-Comté en 2013