Contenu

Conseil de bassin viticole Bourgogne Beaujolais Savoie Jura

Le conseil de bassin viticole Bourgogne-Beaujolais-Savoie-Jura, créé par le décret n° 2008-1359 du 18 décembre 2008, est présidé par la préfète de la région Bourgogne-Franche-Comté, Mme Christiane Barret. Claude Chevalier, président délégué du BIVB, vigneron à Ladoix-Serrigny (21) en est le vice-président.
La dernière réunion s’est tenue le 3 mars 2016 à Mâcon et a porté sur 2 points :

* La situation du vignoble du Beaujolais

Suite à la crise qui s’est déroulée entre les ODG Beaujolais et Crus du Beaujolais fin 2014 et les répercussions qui se sont produites sur le fonctionnement de l’interprofession, un inspecteur général du ministère de l’agriculture, M. MALPEL, a été mandaté, au mois d’avril 2015, par le directeur de cabinet du ministre de l’agriculture, pour étudier de plus près la situation. Sa mission : « analyser la situation et ses causes » et proposer des pistes de solutions « immédiates » pour « sécuriser l’action collective des intervenants de la filière ».
Lors du conseil de bassin, M. MALPEL a présenté les conclusions de son rapport rendu public fin février (lien ci-dessous)
Suite à ce diagnostic, une série de recommandations sont formulées : la « remise en phase » des produits et de la production avec le marché actuel, la diminution des coûts de production, le développement de l’oenotourisme, la modernisation des caves et enfin, sujet le plus sensible, un « rapprochement » des interprofessions de Bourgogne et du Beaujolais pour « une meilleure coordination des actions économiques ». « Dans un cadre redéfini par rapport notamment au négoce, au fonctionnement des ODG, à la représentation des différentes parties de la viticulture, et surtout au BIVB, il est urgent de définir une stratégie ouverte et offensive à travers une organisation interprofessionnelle efficace, renouvelée et rassemblée qui respecte les particularismes dans la mesure de leur volonté de travailler ensemble, et de leur représentativité », argumente Georges-Pierre Malpel.

* La production de matériel végétal

M. Jean-Philippe GERVAIS, Directeur technique du BIVB et représentant de l’IFV dans le bassin viticole, a fait un point d’étape sur la problématique du dépérissement de la vigne et le plan d’action national pour lutter contre ce phénomène, qui comportera 3 axes :
1. Orientation des besoins de recherche et d’innovation
2. le viticulteur au centre de la lutte
3. l’approvisionnement en matériel végétal
Sur ce dernier point, la restauration du potentiel de production des plants de vigne devra passer par la sécurisation de la production de matériel végétal sur le plan sanitaire, et le développement de la diversité génétique demandée par les professionnels dans un contexte de diminution des intrants.

http://agriculture.gouv.fr/le-vigno...