Contenu

Dépérissements de hêtres en région : point en cet automne 2020

En lien avec l’exceptionnel épisode de sécheresse-chaleur 2018, des dépérissements de hêtres adultes se sont révélés au moment de la feuillaison au printemps 2019 selon un axe Gray-Belfort, sur les secteurs de basses altitudes (< 600m). L’importance du phénomène tant par son impact au niveau des arbres que par son étendue (plusieurs milliers d’ha) est de nature inédite, sur une zone au coeur de l’aire de distribution et de production du hêtre où un tel dépérissement n’était pas attendu. L’anomalie 2018 de déficit hydrique sur cette région peut habituée à en connaître constitue le facteur déclenchant.

Ce dépérissement est brutal (mortalités de branches voire d’individus), intervenant sur des hêtres possédant un houppier le plus souvent complet avec une ramification dense.

Afin de mieux appréhender le phénomène, différentes études ont été initiées : quantification spatiale du dépérissement, suivi des trajectoires de récupération ou de dégradation des hêtres selon la sévérité des symptômes initiaux (déficit foliaire, mortalités de branches et suintements corticaux), identification de facteurs de vulnérabilité (stationnels, sylvicoles…). Les échanges réguliers avec la recherche (INRAE) et les forestiers suisses (au sein des cantons frontaliers, du WSL, du CABI) également concernés par ces dépérissements de hêtres enrichissent ces approches.

La mise en place de mesures de prophylaxie radicales n’est pas nécessaire, les bio-agresseurs détectés (champignons, insectes) sont uniquement des parasites de faiblesse et peu agressifs. Face à cette situation, le DSF renouvelle ses préconisations de gestion dans ces peuplements en crise sanitaire, afin de rester prudent dans les actions sylvicoles menées et à ne pas aggraver les processus de dépérissements enclenchés, à l’exception des zones forestières présentant un enjeu sécuritaire d’atteintes aux personnes.

Après un troisième été consécutif exceptionnellement chaud et sec, une grande attention est requise sur ces hêtraies affaiblies qui ont pu présenter à nouveau des rougissements et chutes foliaires précoces (dès la fin juillet), ainsi que celles situées en Bourgogne où des dépérissements de hêtres localisés sont relevés (Nièvre, nord Côte d’Or en particulier). Cette vigilance devra être particulièrement de mise au printemps 2021 quant à la révélation éventuelle de mortalités au débourrement sur les peuplements déjà dépérissants ou de nouveaux dépérissements de hêtres sur toute la région Bourgogne-Franche-Comté, l’évolution sanitaire de la hêtraie demeurant incertaine.

Tous les détails dans l’information technique dédiée : DSF_BFC_Info_tech_deperis_hetre_novembre2020 (format pdf - 3.2 Mo - 25/11/2020)