Contenu

L’emploi dans les exploitations agricoles - Franche-Comté

Définitions

Le Bilan annuel de l’emploi agricole (BAEA) est élaboré à partir de deux sources de données : les recensements agricoles 2000 et 2010 d’une part et les données annuelles de la mutualité sociale agricole (MSA) d’autre part, en vue de permettre une actualisation des données de l’emploi du secteur de l’agriculture entre deux recensements.

Actifs agricoles : le recensement agricole fait la distinction entre d’une part la main d’œuvre familiale (MOF) composée des chefs d’exploitation et coexploitants, des conjoints et autres membres de la famille actifs sur l’exploitation et d’autre part les actifs salariés (permanents et saisonniers).

Unité de travail annuel (UTA) : est égale au temps de travail d’une personne à temps complet pendant un an.


En 2013, l’emploi du secteur agricole est estimé à 13 900 Unités de travail annuel (UTA). Il se décompose en deux sous-catégories. D’une part, la main d’œuvre familiale qui avec
11 400 UTA représente 82% de l’emploi. Avec près de 9 800 UTA, les 12 600 exploitants fournissent l’essentiel de la force de travail. Le reste est assuré par les autres membres de la famille (conjoints, ascendants, descendants et autres apparentés) qui ont une activité régulière sur l’exploitation. D’autre part, 1 930 salariés permanents apportent 1 430 UTA, soit près de 60% des UTA salariés. En Franche-Comté, la rémunération moyenne des salariés agricoles est de 1,3 SMIC, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne nationale.

Entre 2000 et 2010, le nombre d’exploitations agricoles a diminué de près de 3% par an. En parallèle, la baisse de l’emploi est moindre. Cette différence s’explique par le développement des formes sociétaires dans les exploitations agricoles (GAEC, EARL…). Les exploitations agricoles emploient ainsi en moyenne près de 1,5 UTA. Entre les deux recensements agricoles, la part du travail apporté par la famille (conjoints non co-exploitants actifs et autre main d’œuvre familiale) a diminué de près de moitié. Cette évolution est particulièrement marquée pour les conjoints qui ont obtenu un statut d’exploitant dans les formes sociétaires ou qui sont désormais moins présents sur ce type d’exploitation. Cette baisse de la part du travail familial est en partie compensée par la création de 225 UTA salariées permanentes sur la période.

Entre 2010 et 2013, avec une diminution moyenne annuelle de 0,5 %, la baisse de l’emploi agricole régional s’infléchit et est moins rapide qu’au niveau national (- 1,2% par an). Cette tendance à la stabilisation de l’emploi concerne essentiellement les exploitants agricoles. Avec - 6% par an entre 2010 et 2013, la baisse de l’emploi familial (hors exploitants) reste marquée. Elle est en partie compensée par le recours au salariat qui progresse de près de 5% par an. Au niveau national, la Franche-Comté s’illustre par une des plus faibles baisses du nombre d’exploitants et surtout comme la première région pour la progression de l’emploi salarié. Ces bons résultats sont à mettre en relation avec le dynamisme de l’OTEX Bovin lait qui représente plus de la moitié des UTA agricoles régionales.

Emploi agricole au périmètre du recensement agricole (RA 2010)


Evolution de l’emploi dans les exploitations agricoles



Emploi agricole des exploitations bovins-lait