Contenu

La SAU des exploitations Franche-Comté

Définitions

La Superficie Agricole Utilisée (SAU) est constituée de l’ensemble des terres de l’exploitation dédiées à l’activité agricole. La SAU comprend les grandes cultures (céréales, cultures industrielles, légumes secs, fourrages...), les superficies toujours en herbe, les légumes frais, les fleurs, les cultures permanentes (vignes, vergers...), les jachères, les jardins et les vergers familiaux.

Sont exclus de la SAU les sols des bâtiments et cours, les chemins d’exploitations, les landes non productives et les friches, les peupleraies en plein, les taillis, les bois et forêts de l’exploitation ainsi que les territoires non agricoles.


En 2013, les exploitations agricoles franc-comtoises exploitent 663 000 hectares de SAU. Depuis 1970, la surface agricole de la région a baissé de 6%, soit à un rythme près de deux fois moins rapide qu’à l’échelle du territoire national. Dans le Territoire de Belfort, où la pression urbaine sur les terres agricoles est plus forte, la SAU a diminué de 15% durant les quatres dernières décennies.

Après 40 ans de baisse, causée essentiellement par l’artificialisation des terres et dans une moindre mesure par un phénomène de déprise agricole dans certains secteurs, la SAU se stabilise ces dernières années. Entre 2010 et 2013, la SAU aurait même légérement augmenté. En effet, la mise en place des DPU herbe aurait incité des exploitants à intégrer dans leur SAU des surfaces qu’ils utilisaient auparavant sans les déclarer. Le plus souvent, ces terres sont des surfaces en herbe utilisées pour le paturage (estives, communaux, zones humides...). Cette stabilisation de la SAU est génèrale aux quatre départements francs- comtois. Là encore, cette tendance est moins marquée dans le Territoire de Belfort.

Compte-tenu de la diminution du nombre de structures agricoles, la SAU moyenne par exploitations a plus que doublé en 25 ans, passant de 35 hectares en 1988 à 76 hectares en 2013. Désormais, une exploitation sur deux met en valeur plus de 64 hectares. En 2000, cette médiane s’établissait à 40 hectares. De plus, 30% des exploitations de la région mettent en valeur une surface supérieure à 100 hectares. Elles concentrent les deux tiers des terres agricoles.

La quasi totalité des exploitations ayant moins de 20 hectares de SAU sont des exploitations individuelles. Pour un grand nombre d’entre elles, il s’agit de petites structures économiques, dans le cadre d’une activité complémentaire ou d’une agriculture d’agrément.

Plus des trois quarts des Groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC) ont une SAU supérieure à 100 hectares. Ces structures, résultant d’un regroupement de plusieurs exploitations, ont une SAU moyenne de
165 hectares en 2013 contre 134 hectares en 2000.

Stabilisation de la SAU régionale depuis 2010


Les deux tiers de la SAU concentrés dans des exploitations de plus de 100 hectares en 2013