Contenu

Présentation du territoire franc-comtois - Partie 1

Trait d’union entre la vallée du Rhin et celle du Rhône, la Franche-Comté est une petite région de 16 300 km2, soit 3% du territoire national. C’est une région montagneuse. Deux plateaux étagés et une zone plus montagneuse, qui fait frontière à l’est avec la Suisse, composent le massif du Jura. Le nord de la région englobe une partie des Vosges. Le climat semi-continental de la Franche-Comté génère des étés chauds et orageux, mais aussi des hivers rigoureux.

L’eau est un élément très présent sur le territoire. La région possède 5 350 km de cours d’eau dont 320 km de voies navigables. Les rivières sont nombreuses : le Doubs, la Saône, la Loue, l’Ain, l’Ognon, le Dessoubre….On y dénombre de nombreux lacs et étangs tels que le lac de Saint-Point, le lac de Chalain ou le lac de Vouglans qui constitue la seconde retenue d’eau artificielle de France avec 605 millions de m3.

Une région à caractère rural

Administrativement, elle est composée de quatre départements, le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort, de neuf arrondissements, de 116 cantons et 1 785 communes. Ces communes, nombreuses, sont également de taille réduite. En moyenne, elles s’étendent sur 9 km2 contre 15 km2 pour la Métropole. En 2011, seules onze communes comptent plus de 10 000 habitants. A l’opposé, 918 en abritent moins de 250. Deux pôles urbains principaux rayonnent sur le territoire régional : l’agglomération de Besançon, la capitale régionale, et l’aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt. Ces deux pôles représentent près de un cinquième de la population. Avec seulement 1,178 million d’habitants au 1er janvier 2013, la Franche-Comté est faiblement peuplée (1,85% de la population de France métropolitaine). Sa densité de population se situe en dessous de la moyenne nationale (72,3 hab/km2 contre
115 habitants/km2 en moyenne métropolitaine). Si sa population réside de plus en plus dans l’espace urbanisé, la région conserve ainsi de vastes espaces à caractère rural.

Sur le plan économique, le secteur industriel produit le cinquième du produit intérieur brut régional. La Franche-Comté compte sur son sol quelques grands fleurons de l’industrie française comme Peugeot SA et Alstom. La présence de ces établissements et sa spécialisation industrielle lui valent de bénéficier des activités de quatre pôles de compétitivité (microtechniques, véhicules du futur, plasturgie et agroalimentaire), dont trois sont partagés avec des régions voisines. En matière d’environnement, l’importance de l’industrie n’empêche pas la Franche-Comté de présenter l’image d’une région verte.

Une agriculture tournée vers l’élevage laitier

L’agriculture franc-comtoise est fortement orientée vers l’élevage, notamment le massif jurassien et la partie vosgienne de la Haute-Saône. Plus de 70% de la surface agricole est consacrée à l’alimentation du bétail. Cette surface fourragère est essentiellement constituée de surfaces en herbe. En fait, c’est l’élevage laitier qui domine. En 2013, le lait a constitué 40% du produit de la branche agricole et près de la moitié des exploitations élèvent des vaches laitières. En 2012, près de 200 000 vaches laitières ont produit 1,13 milliard de litres de lait soit 4,8% de la production nationale. Malgré la baisse tendancielle du nombre de vaches et surtout du nombre d’élevage, la production de lait continue d’augmenter. En effet, le nombre de vaches augmente annuellement de une unité par élevage depuis 2000. Parallèlement, la lactation moyenne par vache est passée de 5 200 à 5 700 litres. La collecte de lait est réalisée par 160 établissements laitiers. Au total, 280 établissements, employant plus de 3 700 personnes, ont leur activité dans le secteur laitier.


Les régions agricoles de Franche-Comté