Contenu

Pullulation de chenilles de bombyx disparate et impacts forestiers actuels

Le bombyx disparate est l’un des plus importants défoliateurs des chênaies françaises, et largement répandu dans le sud et l’est de l’Europe. Ses phases de pullulations restent marquées dans les mémoires forestières par l’intensité des dégâts de défoliation que peut occasionner la chenille de ce papillon, active d’avril à début juillet.

Après plusieurs années de présence discrète, il semble que les populations soient à nouveau en phase d’augmentation depuis 2018 au niveau national, un état initial de la population du ravageur (comptage de pontes) a été effectué cet hiver par le DSF.

Ainsi, actuellement en région Bourgogne-Franche-Comté, des pullulations locales de chenilles de bombyx disparate sont signalées par les correspondants-observateurs du DSF.

Des défoliations marquées, parfois totales de chênaies, charmaies, hêtraies sont relevées en Val de Saône en particulier sur les départements de la Côte d’Or et l’ouest de la Haute-Saône. Plusieurs dizaines d’ha sont concernés actuellement en différents endroits.

Ce phénomène n’a pas été observé en région Bourgogne-Franche-Comté depuis les grandes phases de pullulations des années 1992 à 1994, lors desquelles plusieurs milliers d’hectares avaient été défoliés au niveau national.

L’augmentation du nombre de sécheresses ces dernières années, avec en particulier l’épisode de sécheresse-chaleur exceptionnel de 2018, contribue à la fois à favoriser le développement du ravageur et à affaiblir les arbres par le stress hydrique engendré.
Une vigilance accrue est donc plus que jamais de mise sur ces peuplements forestiers, et à poursuivre en 2020, en lien avec une éventuelle poursuite de l’augmentation des populations de bombyx disparate.

Les pullulations de bombyx disparate durent en règle générale 2-3 ans. Un cortège constitué par une faune auxiliaire diversifiée (de prédateurs et parasitoïdes, maladie, viroses) contribue à l’effondrement des populations du ravageur et au retour à une phase endémique.

Contrairement au bombyx cul brun ou à la processionnaire du chêne, les chenilles de bombyx disparate ne sont pas urticantes même si leur présence en surnombre peut être incommodante.

Plus d’information dans l’information technique : DSF_Info_tech_bombyx_disparate_juin2019 (format pdf - 1.9 Mo - 28/06/2019)