Contenu

Répartition de la surface agricole utilisée - Franche-Comté

Série de données annuelles

Répartition du territoire et terres arables (format xls - 73.5 ko - 13/05/2016)


Définitions

Cultures permanentes : vignes, vergers et pépinières ligneuses.

Jachère : la jachère correspond historiquement à l´état de repos du sol d´un an après une ou plusieurs années de culture annuelle. L´année sans récolte n´était pas sans travaux du sol, notamment pour maîtriser les mauvaises herbes, éviter le ruissellement et enfouir la matière organique. Cette pratique a quasiment disparu, mais pas complètement : certaines parcelles ne peuvent pas être semées certaines années pour des raisons accidentelles (climat, exploitation vacante...). D´où la persistance de jachère, qualifiée de « conjoncturelle ».

Fourrage annuel : ce poste comprend essentiellement le maïs récolté plante entière, ensilé et utilisé pour l’alimentation du bétail.

Prairie artificielle : prairie annuelle ensemencée exclusivement en légumineuse (trèfle, luzerne….)

Prairie temporaire : prairie ensemencée en graminées fourragères ou en mélange avec des légumineuses. Elles dont dites temporaires jusqu’à leur cinquième année d’exploitation

Surfaces toujours en herbe (STH) : prairies destinées à la production de plantes fourragères herbacées vivaces. Elles comprennent les prairies semées depuis plus de cinq ans et les prairies naturelles.

Surface agricole utilisée (SAU) des exploitations : elle représente l’ensemble des terres vouées à la production des exploitations dont le siège est localisé dans un territoire. Elle comprend les terres arables, les cultures permanentes et la STH.

Terres arables : elles incluent les cultures annuelles à savoir les céréales, les oléagineux, les protéagineux, les cultures industrielles, les cultures fourragères (y compris prairies artificielles et prairies de moins de cinq ans), les jardins familiaux et les jachères.


En 2013, la surface agricole utilisée par les exploitations franc-comtoises couvre 663 200 hectares. Elle représente moins du tiers de la superficie du Territoire de Belfort à près de 45% de celle de la Haute-Saône. Depuis 2010, la SAU des exploitations est stable.

La Franche-Comté étant une terre d’élevage, la SAU est composée à 70% de surfaces destinées à l’alimentation du bétail. Dans le Doubs, cette proportion atteint près de 90%. A elles seules, les surfaces toujours en herbe représentent plus de la moitié de la SAU régionale. Elles couvrent la moitié des surfaces du Jura et du Territoire de Belfort et atteignent 75% de la SAU dans le Doubs. Si on y ajoute les prairies artificielles et temporaires, c’est plus des deux tiers des surfaces qui sont consacrées à la culture de l’herbe en Franche-Comté.

La fin de la jachère réglementaire depuis 2008 a fortement réduit la surface des terres laissées au repos. Depuis cette date, plus de 10 000 ha supplémentaires sont cultivées en cultures annuelles. Les surfaces cultivées en céréales, qui couvrent la moitié des terres arables ont ainsi gagné 3 000 ha. Les surfaces en oléagineux, essentiellement le colza, ont également progressé et approchent désormais les 40 000 ha.

D’autres cultures annuelles sont cultivées dans la région. Dans le Finage, plus de 500 ha sont consacrées aux légumes de plein champ destinés à la conserverie. En Haute-Saône, la culture du chanvre destiné à l’industrie se développe. Sa sole atteint en 2013 près de
1 000 ha. A l’inverse, les cultures permanentes sont très peu présentes. Seules quelques centaines d’hectares sont consacrées aux vergers ou aux pépinières. Avec 2 500 ha essentiellement localisées sur le Revermont jurassien, la culture de la vigne est plus développée mais reste modeste au regard des surfaces qui lui sont consacrées au niveau national.

Répartition de la surface agricole des exploitations

Les deux tiers de la SAU franc-comtoise couverts d’herbe