Contenu

Influenza aviaire - point de situation 14/01/2022

Depuis le début du mois d’août 2021, de nombreux foyers d’influenza aviaire ont été détectés dans la faune sauvage ou dans des élevages en Europe, notamment au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique. Trente et un pays sont aujourd’hui touchés sur l’ensemble du continent européen qui recense plus de 700 foyers en élevage et 1000 cas dans la faune sauvage. Au vu de ces évolutions, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a décidé d’élever le niveau de risque de « modéré » à « élevé » sur l’ensemble du territoire métropolitain depuis le 5 novembre 2021.

La France a détecté le 26 novembre un premier foyer en élevage dû à une souche hautement pathogène dans le département du Nord. Depuis, 7 autres foyers ont été confirmés dans ce département. Un premier foyer d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) de type H5N1, a également été confirmé dans le Sud-Ouest, le 16 décembre, dans un élevage de canards prêts à gaver du département du Gers. Depuis la situation est très évolutive dans cette région : au 14/01/2022, 154 foyers avicoles ont été mis en évidence (Gers, Landes, Pyrénées Atlantiques, Hautes Pyrénées). Deux foyers ont été déclarés par ailleurs en Vendée

À la date du 14 janvier 2022, la France compte 165 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) en élevage, 22 cas en faune sauvage et 5 cas en basse-cours.

Dans la faune sauvage, les couloirs de migration qui traversent le territoire métropolitain sont fortement contaminés. Des cas sont observés le long de la mer du Nord, de la Manche, de l’Atlantique (Côtes-d’Armor, Morbihan et Portugal) mais également dans le couloir descendant par la Saône puis le Rhône.

La feuille de route influenza, issue du retour d’expérience des crises précédentes, prévoit en premier lieu une série d’actions prioritaires sous la forme d’engagements réciproques de l’Etat et des professionnels : l’Etat a publié 3 arrêtés (le 18 septembre l’arrêté relatif aux mesures relatives aux canards appelants et le 29 septembre les arrêtés qui réglementent les règles de « biosécurité », de « mises à l’abri » et les « zones à risque de diffusion »).
De ce fait, des mesures de prévention sont rendues obligatoires à compter du 5 novembre 2021 sur l’ensemble du territoire (niveau de risque influenza « élevé »). Les mesures qui s’y appliquent sont les suivantes :
• Mise à l’abri des volailles des élevages commerciaux et claustration ou mise sous filet des basses-cours ;
• Interdiction de rassemblement d’oiseaux (pour des concours ou sur les marchés par exemple, sauf dérogations) ;
• Conditions renforcées pour le transport et l’introduction dans le milieu naturel de gibiers à plumes et l’utilisation d’appelants ;
• Interdiction des compétitions de pigeons voyageurs ;
• Vaccination obligatoire dans les parcs zoologiques pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.
Ces mesures sont accompagnées d’une surveillance clinique quotidienne par les détenteurs dans tous les élevages (commerciaux et non commerciaux).
La mise à l’abri obligatoire des volailles en fonction du niveau de risque épizootique d’introduction du virus IAHP est l’une des mesures phares de la feuille de route influenza. Il est mis fin au dispositif de dérogation à l’obligation de confinement. Les modalités de mise à l’abri, définies conjointement avec les représentants professionnels, prennent en compte les espèces et les types et modes d’élevage.

Les modalités de mise à l’abri ont été adaptées afin de prendre en compte les conditions de production, notamment pour les élevages plein air ou sous cahiers des charges spécifiques. Ces adaptations ont pour objectif d’assurer un haut niveau de protection vis-à-vis du risque d’introduction du virus dans les élevages.

Pour rappel, l’influenza aviaire n’est pas transmissible à l’Homme par la consommation de viandes de volailles, œufs, foie gras et plus généralement de tout produit alimentaire.

Les mesures de biosécurité à respecter par les professionnels comme par les particuliers (basses-cours) sont consultables à cette adresse :
https://agriculture.gouv.fr/influen...

Pour en savoir plus : https://agriculture.gouv.fr/tout-ce...
Vous pouvez également contacter la direction départementale en charge de la protection des populations de votre département.