La peste porcine africaine : Soyons tous vigilants !

publié le 15 février 2022

La campagne « peste porcine africaine » vise à sensibiliser les voyageurs, les éleveurs et les chasseurs aux mesures de précaution à respecter impérativement pour ne pas introduire ou véhiculer le virus en France. L’avenir de la filière porcine en dépend. Soyons tous vigilants !

La France est indemne de la porcine africaine (PPA) mais la dynamique de déplacement du virus en Europe fait peser une menace permanente sur les populations de sangliers et de porcs de l’Hexagone. La maladie est installée depuis 2014 dans la faune sauvage en Europe de l’Est et est régulièrement détectée dans des élevages de porcs. La PPA a atteint la faune sauvage en Belgique en 2018, près de la frontière avec la France. La Belgique a retrouvé son statut indemne en Novembre 2020. C’est ensuite l’Allemagne avec de très nombreux cas dans la faune sauvage et où quatre foyers en élevages de porcs ont été détectés depuis mi-juillet 2021, et le Nord Ouest de l’Italie (Piémont, Ligurie) où des sangliers ont été déclarés infectés, fin 2021, à une centaine de kilomètres de la France, qui suscitent la vigilance. Au 07/02/2022, 29 sangliers infectés ont été détectés dans cette zone italienne.

Maintenir notre pays indemne de la maladie est primordial : l’apparition du virus en France entraînerait la fermeture totale ou partielle des marchés à l’export pour les porcs ou les produits porcins français.

La campagne de communication lancée depuis novembre 2021 cible trois grands acteurs dont la mobilisation est essentielle pour protéger notre pays de la PPA : les éleveurs, les chasseurs et les voyageurs. Elle vise à les sensibiliser aux mesures de précaution à respecter impérativement pour ne pas introduire ou véhiculer le virus en France.
Retrouvez par le lien ci-dessous l’ensemble des éléments de la campagne, pour chacun des acteurs concernés :
https://agriculture.gouv.fr/peste-porcine-africaine-le-kit-de-communication

Pour suivre les foyers en Europe et aux Caraïbes, vous pouvez consulter la plate-forme épidémiosurveillance en santé animale et le site de l’Organisation mondiale de la santé animale.