Contenu

Bilan 2020 du dispositif des CEPP en Bourgogne-Franche-Comté

Le dispositif des CEPP impose aux distributeurs de produits phytopharmaceutiques de proposer aux agriculteurs des solutions permettant la réduction des quantités de produits utilisées (présentation détaillée du dispositif ici). Initialement prévue jusqu’en 2020, la phase expérimentale du dispositif s’est achevée en 2019. En 2020, les obligés (distributeurs et applicateurs concernés) se sont vu attribuer des obligations à hauteur de 60 % des objectifs fixés pour l’année 2021.
Depuis la mise en place du dispositif, l’offre de solutions permettant aux distributeurs et applicateurs d’obtenir des CEPP s’est fortement enrichie et contient désormais 82 actions reconnues (contre 31 en 2017).
Cet article détaille le bilan des CEPP déclarés pour l’année 2020 en Bourgogne-France-Comté et fournit quelques éléments d’interprétation des chiffres énoncés. Retrouvez également le bilan 2020 à l’échelle nationale en bas de cet article.

Bilan global de l’année 2020
En 2020 la Bourogne-Franche-Comté comptait 59 obligés dans le cadre du dispositif des CEPP. Parmi ces entreprises, 36 ont effectivement déclaré des CEPP cette année, soit 61 % des concernés. Elles ont déclaré un total de 132 546 CEPP, ainsi 27 % de l’objectif régional a été atteint en nombre de CEPP déclarés.
Au niveau national, 56 % des obligés ont déclaré des CEPP en 2020 et ont atteint 38.6 % de l’objectif.

Les distributeurs ne risquent plus de pénalités financières en cas de non atteinte de l’objectif qui leur est fixé. Cependant ils ont l’obligation de mettre en place les moyens nécessaires pour y parvenir. Ces moyens sont évalués par les organismes certificateurs. S’ils sont jugés insuffisants, cela peut impacter la délivrance ou le renouvellement de l’agrément requis pour la pratique des activités de l’entreprise.

Variétés résistantes et produits de biocontrôle, les deux types d’actions majoritairement vendues en 2020
Les actions permettant d’obtenir des CEPP sont réparties en 5 groupes appelés leviers. La figure 1 montre la répartition des CEPP déclarés en 2020 dans la région parmi ces 5 leviers.

Nombre_CEPP_par_levier

Figure 1 : Répartition des CEPP déclarés en 2020 en Bourgogne-Franche-Comté parmi les 5 leviers d’actions standardisées

Les variétés résistantes ou tolérantes aux maladies et les méthodes alternatives représentent la grande majorité des actions déclarées dans la région. Ces deux catégories comptabilisent respectivement 41 % (53 581 CEPP) et 48 % (64 118 CEPP) des CEPP de cette année. Parmi les méthodes alternatives, on retrouve principalement des actions proposant l’utilisation de produits de biocontrôle. Ces dernières représentent 56 583 CEPP, soit 88 % des certificats attribués pour le levier « méthodes alternatives ». Au total, le recours à des produits de biocontrôle représente 43 % des CEPP déclarés en BFC en 2020.

Ce sont donc des pratiques relativement simples à mettre en œuvre (produits de biocontrôle, variétés résistantes) qui composent l’essentiel des actions déclarées dans la région. Elles permettent aux agriculteurs de réduire leur consommation de produits phytopharmaceutiques sans modifier leur système et en limitant les risques et les dépenses. Les outils d’aide à la décision n’ont quant à eux généré que 4% des CEPP de BFC en 2020. Ce faible recours aux OAD peut s’expliquer par des charges supplémentaires importantes (matériel de base + abonnement). Par ailleurs, le recours à des OAD nécessite souvent de passer plus de temps à l’observation de ses parcelles, et à être prêt à revoir son mode de gestion des maladies.

Certains agriculteurs n’hésitent pas à recourir à des actions plus innovantes : dans la catégorie des nouvelles pratiques agronomiques, on retrouve ainsi des associations de variétés pour les principales cultures (blé et colza), le recours à des stimulateurs de défenses des plantes ou encore des lâchers de trichogrammes. Ces actions restent néanmoins peu mobilisées (5 % des CEPP de la région en 2020).

Focus sur les 5 actions standardisées les plus utilisées en BFC en 2020
Parmi les 5 actions ayant généré le plus de CEPP en 2020, 2 reposent sur le recours à des produits de biocontrôle et 3 concernent la culture de variétés résistantes ou tolérantes aux maladies (Figure 2). Ces 5 actions regroupent 78 % des CEPP attribués dans la région en 2020, ce qui renforce les affirmations précédentes. 4 de ces actions font également partie du top 5 au niveau national.

jpg - 42 ko

Figure 2 : Les 5 principales actions standardisées vendues en Bourgogne-Franche-Comté en 2020

Au total, 42 actions standardisées sur les 82 actions disponibles alors (il en existe davantage aujourd’hui ; voir l’article dédié) ont été mobilisées en BFC (Tableau 1). Au niveau national, 71 actions ont fait l’objet de déclarations en 2020. Ceci s’explique par une plus grande diversité de contextes sur le territoire national laissant la possibilité de mettre en place d’autres actions. En effet, des actions sont spécifiques à certaines productions pas ou peu présentes dans la région (pomme de terre, betterave, arboriculture). Aussi, certains climats différents de celui de BFC peuvent être plus favorables au déploiement d’autres actions.

Tableau 1 : Comparaison du nombre d’actions standardisées mobilisées en Bourgogne-Franche-Comté en 2020 avec le nombre d’actions disponibles par levier

Tableau_actions_utilisées_BFC