Contenu

Mortalités de sapins pectinés en région Bourgogne – Franche-Comté

En lien avec les épisodes de sécheresse-chaleur successifs de 2018-2019-2020, des mortalités conséquentes de sapins pectinés se sont révélées en région Bourgogne-Franche-Comté. Celles-ci concernent en particulier les sapinières situées à basse altitude, sur des sols à faible réserve utile en eau, sur les adrets, zones qui ne constituent pas un optimum écologique pour le sapin pectiné et où l’essence est donc déjà en situation de vulnérabilité.
Sur ces stations, les arbres stressés ont pu être colonisés par des parasites de faiblesse. Les principaux agents biotiques détectés sont des insectes cambiophages (des scolytes (spinidenté, curvidenté), le pissode du sapin)) et parfois des champignons pourridiés racinaires (armillaire, fomès).
Si les attaques de ces bio-agresseurs peuvent conduire à la mort des sapins, ils sont toutefois moins agressifs que le typographe de l’épicéa (qui peut attaquer des arbres sains). Ainsi, en règle générale, on observe un décalage dans le temps d’apparition des dégâts par rapport au pessières scolytées et une phase de mortalités très corrélée dans sa durée à l’état de stress des sapinières.
En cette sortie d’hiver après une fin février 2021 extrêmement douce, de nouvelles mortalités commencent à s’observer (rougissement de houppier) avec la reprise d’une activité physiologique des sapins, témoins des attaques de parasites de faiblesse en 2020.
Consécutivement à un été 2020 marqué par un important déficit hydrique, on doit s’attendre en 2021 à une poursuite des mortalités de sapins pectinés sur l’ensemble de la région, notamment sur tous les secteurs de plaine, le Clunisois, le Morvan, les premiers et seconds plateaux du Jura, les Vosges saônoises et belfortaines.
Les conditions climatiques de 2021 seront déterminantes quant à l’intensité et à la durée de ces mortalités : le stress des sapinières et le développement des ravageurs étant accentués par des conditions météorologiques sèches et chaudes. Une lutte contre les insectes sous-corticaux des sapins peut se mettre en place par les forestiers pour contribuer à limiter ces mortalités.
A noter que le sapin pectiné est la principale essence de sapin touchée, étant la plus répandue, mais le sapin de Nordmann connait lui aussi quelques mortalités locales dans des secteurs de basse altitude.

Plus d’information dans la note technique sur ces mortalités de sapin pectiné : DSF_Infotech_sapinpectine_mars2021 (format pdf - 1.6 Mo - 12/03/2021)

Plus de détail pour la lutte contre les scolytes et pissode du sapin : Lutte_insectes_sous-corticaux_sapin_DSF (format pdf - 2.2 Mo - 19/04/2019)

Pour tout renseignement complémentaire : dsf.draaf-bourgogne-franche-comte@agriculture.gouv.fr